Les intervenants

Maxime Morand

M

« Je suis les gestes que je réalise ».M

Maxime Morand, conseiller en leadership et ressources humaines, animateur de la société Provoc-Actions, 9 rue Vautier, cp 1221 à 1227 Carouge. m.morand@provoc-actions.com

Maxime Morand, marié, père de deux jeunes adultes, a fait des études de philosophie et de théologie. Il a été ordonné prêtre en 1981. Il a quitté le ministère en 1986. Pendant plus de 25 ans, il a travaillé comme formateur de cadres dirigeants, puis directeur des ressources humaines pour trois groupes bancaires suisses et leurs succursales dans le monde. (Crédit-Suisse Genève, Union Bancaire Privée et Lombard Odier). A été membre de la commission de formation continue de l’Université de Genève pendant plus de 10 ans. Depuis 2012, il exerce une activité de conseils et de formation en leadership, ressources humaines et risques humains, sous le vocable de Provoc-Actions.

Il a publié récemment un « Petit Guide du Leadership provoc’acteur selon Jésus-Christ » aux éditions Favre.

http://www.provoc-actions.com/qui

 

Stéphane Jacquemet

J

Stéphane Jacquemet est diplômé en sciences de l’éducation de l’Université de Genève (1994), spécialiste en formation continue des adultes et en ingénierie de la formation. Il démarre sa carrière comme chargé de formation au sein des Hôpitaux Universitaires de Genève (1995-1997), puis exerce ensuite la fonction de collaborateur scientifique au Service de la formation continue de l’Université de Genève (1999-2003) et passe encore deux ans à l’OFPC pour assurer du conseil aux entreprises.

Aujourd’hui formateur-consultant indépendant pour le cabinet Phronesis consulting, il assure des enseignements à mi-temps en formation d’adultes pour le Bachelor et le Master.

Stéphane Jacquemet dispose d’une très riche expérience d’interventions institutionnelles notamment dans le domaine de l’éducation, la santé, l’action sociale, la formation en entreprise. Par ailleurs, il assume deux mandats de représentations : à l’IFAGE et à la FRAFFA.

« Le bien est l’ennemi de l’excellence. » (J. Collins, 2011)